Orchidées d'Europe et d'ailleurs

Ophrys elatior, une orchidée d'été dans le paysage rhénan Gumprecht ex H.F. Paulus 1996 Deuxième partie

 

Ophrys elatior 

Une orchidée d'été dans le paysage rhénan

Gumprecht ex H.F. Paulus 1996

Deuxième partie

 

Hitorique partiel des observations concernant Ophrys elatior: 

 

Observations faites en Région Alsace: (départements 67 et 68)

 

Dans le département du Bas-Rhin (67):

1 - PLOBSHEIM (Bas-Rhin, au Sud de Strasbourg, canton de Geispolsheim, altitude 150 mètres) observations faites en 1962 - 1966 - 1981 - 1994 - 1995. Dans le Bulletin de l'Association Philomathique d'Alsace et de Lorraine - Centenaire 1862 / 1962 tome XI, n° 3-4 d'Octobre 1962, Edouard KAPP (1900-1987), dans son article intitulé "Espèces et Stations Nouvelles de la Flore de l'Alsace et des Vosges" pages 179 à 214, signale qu'Ophrys fuciflora (Crantz) Haller de forme à floraison tardive est présent au "communal du moulin de Plobsheim" qui se situe à l'Est du village, lieu où les plantes ont été observées en août-septembre par lui-même en l'année 1962. Cet Ophrys fuciflora de floraison tardive est dans la station légèrement plus élancé que l'Ophrys fuciflora type (Le site a partiellement été détruit lors de l'aménagement d'un terrain de golf - le Kempferhof - mais cet Ophrys aujourd'hui appelé Ophrys elatior serait toujours présent dans le secteur).

- 2ème observation signalée par KAPP en 1967, après avoir revu Ophrys elatior en situation de floraison très tardive à savoir fin de floraison vers le 20 octobre 1966. Le nombre de plantes présentes est très fluctuant, il varie entre 10 et 70 spécimens. 

- 3ème observation faite par Roger ENGEL qui a vu Ophrys elatior et photographié ces derniers à Plobsheim le 28 juillet 1981. Une photographie est insérée à la page 146 du livre "Orchidées sauvages d'Alsace et des Vosges" dont auteurs: Roger Engel et Henri Mathe, aux Editions du Griffon, paru en 2002, ISBN: 2-913162-20-7.  

- 4ème observation en 1994 (selon Roger Engel l'Ophrys elatior a disparu à Plobsheim, le seul site connu a été détruit car situé dans l'emprise d'un terrain de golf).

Une dernière observation d'un seul pied d'Ophrys elatior  en pleine floraison à Plobsheim a été faite par Michel Rohmer (orchidophile S.F.O.-Lorraine/Alsace) en 1995 (communication personnelle).

 

Dans le département du Haut-Rhin (68):

1 - BLOTZHEIM (Haut-Rhin, au Sud-Est de Mulhouse, canton de Huningue, côté Ouest de l'Euro-Airport de Bâle-Mulhouse, altitude 270 mètres) observations faites en 1987 - 1990 - 1991 - 1993 - 1994 - 1995 - 1996 - 1997 - 1998. 

2 - Ile du Rhin à KEMBS (Haut-Rhin), observation d'Ophrys elatior par Alain Pierné en 2006 (communication personnelle) sur une prairie gérée par le Conservatoire des Sites Alsaciens.

3 - ROSENAU (Haut-Rhin, au Sud-Est de Mulhouse, canton de Huningue, altitude 241 mètres) observations faites en 1981 - 1986 - 1995 - 1996 - 2002. Le village de Rosenau est situé sur la rive gauche du Rhin, légèrement au Sud du village allemand d'Istein. Dans le livre "Die Orchideen der Schweiz und angrenzender Gebiete" (dont auteurs: H. R. Reinhard - P. Gölz - R. Peter et H. Wildermuth) sont imprimées deux photographies couleurs d'Ophrys elatior qui ont été réalisées sur le site de Rosenau le 25 juillet 1986.

4 - VILLAGE-NEUF (Haut-Rhin, au Sud-Est de Mulhouse, canton de Huningue, Réserve Naturelle de "La Petite Camargue Alsacienne", commune située au Nord-Est  de l'Euro-Airport de Bâle-Mulhouse, altitude 245 mètres) observations faites en 1978 - 1980 - 1981 - 1990 - 1994 - 1995 - 1996 - 1997 - 2002 - 2004 - 2007. L'orchidée est signalée en 1981 dans le secteur dit de "La Petite Camargue Alsacienne" par Michel Frey. Ce dernier avait observé Ophrys elatior pour la première fois en début juillet 1978. Les plantes sont situées sur la rive gauche du Rhin et à courte distance des stations de R. Gumprecht. En revisitant les mêmes terrains le 10 juillet 1980, Michel Frey a revu les Ophrys qui étaient en début de floraison et dont le nombre dépassait largement les 50 pieds. Le 30 août 1980 lors d'un nouveau passage sur les mêmes terrains il fut surpris de pouvoir observer encore quelques fleurons épanouis d'Ophrys elatior . Un autre "orchidophile", à savoir Michel Marchand, a observé le 10 septembre 1981 des fleurs épanouies d'Ophrys elatior sur les mêmes terrains.

- observation faite par Henri Mathé le 17.08.1990.

- observation faite par Henri Mathé le 05 juillet1995. Une photographie N/B est insérée dans le bulletin 2005 du Groupement Lorraine/Alsace de la S.F.O. page 32.

- observation faite à Village-Neuf dans le Haut-Rhin le 08 juillet 1995. Une plante a été prélevée sur le terrain pour êtte intégrée dans un herbier. Une photographie noir et blanc du spécimen de l'herbier est insérée à la page 146 du livre "Orchidée sauvages d'Alsace et des Vosges" dont auteurs: Roger Engel et Henri Mathé, aux Editions du Griffon, paru en 2002. D'autres photographies, celles-ci en couleurs et réalisées par Henri Mathé, concernant les dates des 08 et 10 juillet 1995 sont insérées aux pages 147 et 53 de ce même livre.

Concernant Ophrys elatior, J. Renz sur l'une des feuilles de son herbier fait les observations suivantes situant le site de récolte des orchidées séchées et présentent sur la feuille:  

"Zwischen Village-Neuf und Rosenau, recht von der Strasse, in lichten Gebüsche

mit Akazien und Sanddorn, ca 30 m vom Kanal entfernt, 500 m unterhalb der Kläranlage

21.08.1996 / 21.08.1997"

Ophrys elatior a également été observé et photographié à Village-Neuf le 14 juillet 2002 par Roland Wüest.

Lors d'une sortie sur le terrain par une douzaine d'orchidophiles du Groupement Lorraine/Alsace de la S.F.O. le 18 juillet 2004, quelques spécimens d'Ophrys elatior ont été observés en pleine floraison sur le talus près de la réserve naturelle de "La Petite Camargue Alsacienne" non loin du poste E.D.F. D'autres Ophrys elatior parmi lesquels des spécimens très élancés ont été observés sur une prairie ouverte dans la réserve même.

Ophrys elatior a été observé et photographié à Village-Neuf le 20 juillet 2007 par J.F.Christians (coordonnées G.P.S. du site: 47°6'Nord / 007°56'67''Est / altitude 250 mètres).

5 - Au Nord de VOGELGRUN (Haut-Rhin, altitude 192 mètres) et en face de Breisach am Rhein (ville située sur la rive droite du Rhin anciennement appelée Alt-Breisach conformément à la carte Michelin n° 48 de la série "France en 48 feuilles" sur toile du 01-08-1920) Max Schulze en 1897 mentionne dans une addition de plantes à son ouvrage sur les orchidées la présence d'Ophrys fuciflora à floraison tardive qu'il qualifie de floraison surprenante observée un 04 août 1894, de surcroît abondante dans les prairies sèches en Alsace entre Biesheim et Alt-Breisach, phénomène constaté et signalé également par A. Maus. Lors des travaux de la mise en place du canal d'Alsace à grands gabarits cette station à orchidées a été englobée dans la zone en chantier et a disparue dans le périmètre de ce dernier.

 

 Observations faites en Région Franche-Comté: (départements 25 - 90)

 

Dans le département du Doubs (25):

1 - à MATHAY, petite ville faisant partie du canton de Pont-de-Roide et située le long du Doubs, Ophrys elatior y aurait été observé par Gillet F. en l'année2000. Cette information reste à être confirmée.

 

Dans le département du Territoire de Belfort (90):

1 - à MEROUX, commune située à 6 km au Sud-Est de Belfort,  un pied d'Ophrys elatior fleuri, élancé et tardif a été observé par Vadam Jean - Claude en 1994. Cette orchidée n'a pas été revue depuis.

2 - Ophrys elatior est signalé sur des pelouses situées entre Meroux et les Prés Vasai à l'altitude  comprise entre 377 et 384 mètres en zone ZNIEFF n° 00000433 (surface du site 4,35 ha).

 

Observations faites en Région Rhône-Alpes: (départements 01 - 69 - 74)

 

Dans le département de l'Ain (01):

1 - Ophrys elatior est présent à BALAN (commune du canton de Montluel) qui est à moins de 20 km de l'île de la Pape qui se trouve près de Lyon dans le département 69. Il y a été observé et signalé par A. Togni. Une autre station d'Ophrys elatior située dans la plaine proche de l'Ain est également signalée par le Dr. J. Corcelle en 1991.

2 - Selon Jacques Bry Ophrys elatior est présent à CORBONOD qui est une commune rurale de moyenne montagne (arrondissement de Belley, canton de Seyssel) située sur la rive droite du Haut-Rhône dans le Bugey, à l'Est du départemnt de l'Ain.

3 - L'orchidée est présente sur le ban de la commune de JUJURIEUX qui est en partie située sur la rive gauche de la rivière "Ain" puis traversée par cette dernière. Cette commune se trouve en zone d'appellation contrôlée des vins de Bugey dans l'arrondissement de Nantua. Jujurieux est situé à 23 km au Sud-Est de Bourg-en-Bresse dans le Massif du Jura, son climat est océanique avec été tempéré. Ses coordonnées géographiques sont: latitude 46°2'24''Nord / longitude 5°24'32''Est.

4 - LOYETTES, petite ville située à 16 km au Nord-Est de Meyzieu, traversée au Sud par le Rhône et au Nord  par l'Ain, abrite sur son territoire communal Ophrys elatior. Dans la vaste plaine alluviale qui s'étend entre l'Ain et le Rhône, dans les pelouses sèches des Gaboureaux (2007 - ZNIEFF de type I - n° régional: 01100002) on peut observer des  plantes rares dont Himantoglossum hircinum, Anacamptis coriophora ssp. fragrans, Neotinea tridentata, Ophrys elatior...

 5 - Selon Jacques Bry Ophrys elatior est présent à MARIGNIEU, commune située dans la zone d'appellation des vins de Bugey.

6 - Ophrys elatior a également été observé à OUSSIAT (hameau de Pont-d'Ain) le 11 juillet 2009 par Jacques Bry.

7 - Ophrys elatior a été observé et photographié à PONT- d'AIN le 05 juillet 2001 par Pierre-Michel Blais (responsable de la cartographie des orchidées du Var pour la S.F.O.).

8 - POUGNY (selon Jacques Bry).

9 - L'Ophrys élancé est aussi présent à PRIAY qui est une petite commune de l'Ain faisant partie du canton de Pont-d'Ain. Priay se situe à environ 7 km d'Ambérieu-en-Bugey et comprend plusieurs hameaux dont coordonnées géographiques: latitude 46°00'16''Nord / longitude 5°17'15''Est.

10 - Ophrys elatior est présent à SAINT-JEAN DE NIOST où il a été photographié le 23 juillet 2008.

 

 Dans le département du Rhône (69):

1 - Gil Scappaticci lors d'une de ses nombreuses prospections botaniques a observé et photographié Ophrys elatior dans le parc de Miribel - JONAGE le 26 juillet 1992.  Il y a également vu à plusieurs reprises des spécimens intermédiaires avec Ophrys fuciflora qu'on peut effectivement considérer comme étant des hybrides naturels d'Ophrys elatior x Ophrys fuciflora. Sur ce même site Jean-Marc Moingeon a également aperçu et photographié Ophrys elatior le 05 août 1996.

2 - Ophrys elatior est présent sur l'île de la Pape située entre deux bras du Rhône à 5 km du centre ville de Lyon, à l'altitude de 170 mètres. Le site se trouve sur le ban de la commune de RILLIEUX-LA-PAPE qui fait partie de la Communauté Urbaine de Lyon. Les orchidées évoluent sur une pelouse moyennement xérique et sèche qui permet tout d'abord à Ophrys fuciflora de prospérer jusqu'à la fin juin (ce dernier y est déjà signalé par l'Abbé Cariot dans son étude des fleurs - Tome II - éditée en 1865). C'est début juillet qu'Ophrys elatior prend le relais et y fleurit certaines années jusqu'à la fin août. Les plantes sont divisées en deux groupes dont chacun d'eux est composé d'environ 100 à 110 spécimens. De nombreuses plantes fleurissent en pleine lumière, d'autres à mi- ombre au droit de bosquets et d'arbres isolés, dans une haute végétation herbacée. Jean-Marc MOINGEON a photographié Ophrys elatior établis sur les "champs captant" situés sur l'île de la Pape près de Lyon le 22 juillet 2001.

3 - Ophrys elatior est présent à MEYZIEU près de Jonage où il a été observé et photographié par J. F. Christians le 11 août 2010 (Point G.P.S. du site: 45°76'67''Nord / 005°Est  / altitude environ 196 mètres). Au sein de l'immensité du Grand-Parc de Miribel-Jonage et dans la zone dénommée "Petits marais" composée d'un bois et d'une pelouse sèche situés sur le territoire de la commune de Meyzieu, secteur prospecté de longue date  par Gil Scappaticci, on peut rencontrer un grand nombre d'orchidées dont Anacamptis coriophora subsp. fragrans, Anacamptis morio, Anacamptis pyramidalis, Himantoglossum hircinum, Ophrys sphegodes, Ophrys fuciflora, Ophrys elatior, Orchis militaris parmi lesquelles au-moins une des espèces présentes est protégée au niveau national. Toujours dans le Parc de Miribel-Jonage, à l'endroit dit "Le Fer-à-Cheval" également très riche  en orchidées sauvages on peut apercevoir Anacamptis coriophora subsp. fragrans et Ophrys elatior.

4 - Gil Scappaticci a observé et photographié Ophrys elatior à VAULX-EN-VELIN (commune située à l'Est de Lyon) le 26 juillet 1992. L'orchidée a également été observée et photographiée le 21 juin 2008 par Philippe Durbin sur une île du Rhône dénommée Crépieux-Charmy faisant partie du territoire de la commune de Vaulx-en-Velin.

Selon Philippe Durbin, cartographe de la Société Française d'Orchidophilie du Rhône, il y aurait environ 18 stations d'Ophrys elatior  dans le département 69 dont la plupart sont situées aux alentours du Parc de Miribel-Jonage qui s'étale sur plusieurs communes.

 

 

Dans le département de la Haute-Savoie (74):

1 - Lors d'un voyage de la S.F.O. en Haute-Savoie du 17 au 23 juillet 1990 le groupe d'orchidophiles (30 personnes) y participant à pu observer le 17 juillet 1990 Ophrys elatior aux abords du lac Léman à EXCENEVEZ dans le complexe dunaire lacustre du domaine de Coudrée qui est proche de Sciez.

2 - RUMILLY (Ouest du lac d'Annecy - selon Jacques Bry).

3 - Le 04 juillet 1997 Ophrys elatior en début de floraison a été observé dans une prairie à SCIEZ (qui est situé sur la rive du lac Léman) par Jean-Marc Lewin et Sébastien Theron Buscail.

4 - VIRY (au Sud-Ouest du lac Léman selon Jacques Bry). 

 

Observations faites en Allemagne:

1 - Découverte de la plante par R. Gumprecht: lors des sixièmes journées des Orchidées qui ont eu lieu du 21 au 22 octobre 1978 à WUPPERTAL, Reinhart Gumprecht raconte sa découverte d'Ophrys elatior et commente quelques expériences faites par lui-même sur le site d'ISTEIN.

"...la très célèbre Isteiner Wiese se situe sur la rive droite du Rhin côté allemand près de la frontière entre l'Allemagne et la Suisse dans les environs de la ville de Bâle. Cette prairie est comprise entre l'autoroute et une route secondaire qui est très fréquentée par les automobilistes que ce soit de jour ou lors de la nuit ce qui éloigne le risque de voir le site abimé par le sanglier qui est très présent dans la région et très friand des bulbes d'orchidées. Sur cette prairie, après la floraison d'Ophrys apifera et d'Anacamptis pyramidalis, la saison de fleurissement d'orchidées est passée. Alors qu'au mois de mai lors des fins de semaine les botanistes et Orchidophiles suisses et allemands viennent visiter la prairie par groupes de 10 à 20 personnes et souvent plus, à partir du 15 juin le site est totalement déserté au bénéfice d'autres stations riches en orchidées dont Epipactis, Goodyera repens, etc. C'est la raison pour laquelle ce ne fut qu'en 1972 qu'a été découvert sur cette prairie un Ophrys fuciflora à floraison tardive dont les premières mentions écrites furent publiées en 1973 (R. Gumprecht: Ophrys fuciflora mit aussergewöhnlicher Blütezeit: Die Orchidee n° 24, page 257, année 1973). La différence essentielle par rapport à la plante type à savoir Ophrys fuciflora est son  cycle de floraison. Dans le premier tiers du mois de juillet s'ouvrent les boutons floraux, au mois d'août Ophrys elatior est en pleine floraison, début septembre on peut encore observer des fleurs et des boutons sur la plante. Vers le 15 septembre les premières capsules contenant la semence sont mûres, les rosettes à feuilles basales apparaissent et seront présentes pendant toute la période hivernale. Il s'agit là trés certainement de l'unique orchidée terrestre de notre région qui est active toute l'année. J'ai personnellement photographié en août 1977 un Ophrys fuciflora tardif qui atteignait une hauteur de 92 cm. Au 04 août 1977 j'ai noté les détails suivants concernant cet Ophrys: 10 fleurons défleuris, 3 fleurons en pleine floraison, 5 boutons floraux, soit une tige florale à inflorescence très lâche comprenent 18 fleurons. Ces derniers sont de taille inférieure aux fleurs d'Ophrys fuciflora, leurs labelles ont une macule plus simple et sont de couleur brun rougeâtre presque uniforme. Vu sa longue période de floraison on est en droit de supposer que l'orchidée a beaucoup de chances d'être fécondée. Malheureusement le plus grand nombre des pollinisateurs possibles sont actifs dans notre région d'avril à juin. Ne fleurissant qu'en fin d'été et en début d'automne sa pollinisation est plus que hasardeuse. Pour parer ce fait sur la prairie d'Istein j'ai entrepris des campagnes de fécondation des orchidées à floraison tardive de façon artificielle. Lors de ces pratiques je n'ai pollinisé qu'une seule fleur par plante afin de garantir sa pérennisation.

Le nombre d'Ophrys fuciflora tardif sur la prairie d'Istein a évolué de la manière suivante:

- l'année de la découverte de l'orchidée en 1972 il y avait 10 plantes sur le site.

- en juillet 1974 et 1975 fleurissait 30 Ophrys fuciflora tardifs. Certaines de ces plantes furent pollinisées artificiellement.

- pendant l'été chaud et sec de 1976 il n'y eu aucune plante en fleurs. Sa floraison tardive oblige l'orchidée de mettre en place ses feuilles, sa tige et ses fleurs en plein été en la période la plus chaude en notre région tandis que tous les autres Ophrys (insectifera, sphegodes, fuciflora...) se replient sous terre abandonnant tout l'appareil floral extérieur par rapport au niveau du sol.

- en l'année 1977 les premiers résultats suite aux pollinisations artificielles se traduiront par un véritable succès. Les 150 Ophrys fuciflora tardifs présents sur la prairie furent à nouveau fécondés artificiellement. Les capsules contenant la semence ont toutes mûries. La semence fut dispersée de manière naturelle, ce travail ayant été confié au vent. Lors des prochaines journées des orchidées j'espère pouvoir vous informer du succès grandissant de mon action sur le site de la prairie d'ISTEIN..."

2 - Autres observations: Ophrys elatior a été observé et photographié à ISTEIN par J. F. CHRISTIANS le 25 juillet 2007 (dont coordonnées G.P.S. du site: 47°66'67"Nord / 007°55'Est / altitude environ 336 mètres).

L'orchidée a été observée et photographiée à Istein dans le Bade-Württemberg le 18 juillet 1986 dont une photographie couleurs est imprimée dans le livre "Die Orchideen der Schweiz und angrenzender Gebiete" à la page 261.

Idem pour un site à STEINENSTADT situé dans le Bade-Württemberg à la hauteur de Mulhouse dont l'observation et la photographie date du 18 juillet 1986.

Dans cette même localité de Steinenstadt Ophrys elatior a été observé et photographié le 03 juillet 1997 par Helmut BAUMANN (dont coordonnées G.P.S. du site: 47°76'67"Nord / 007°55'Est / altitude 222 mètres).

Au même endroit (à Steinenstadt) Karlheinz SENGHAS y a observé et photographié Ophrys elatior le 22 août 1981.

Toujours dans le Bade-Württemberg Ophrys elatior a été observé et photographié à BAD BELLINGEN en août 1993 par R. SELIG (dont coordonnées G.P.S. du site: 47°73'33"Nord / 007°56'66"Est / altitude environ 336 mètres).

L'orchidée est également signalée au TAUBERGIESSEN sur la rive droite du Rhin en face de Rhinau par Alain PIERNE, cartographe S.F.O. des départements 67 et 68 (communication personnelle). Dans le Taubergiessen plus de 77 Ophrys elatior disséminés sur plusieurs stations dans des près de fauche y ont été observés les 25 juin 2011, 28 juin 2011, 04 juillet 2011, 08 juillet 2011, 12 juillet 2011, 02 août 2011 et 08 août 2011 après quoi les Ophrys ont été fauchés sans avoir pu aller au bout du cycle naturel de reproduction. Le 08 août 2011 des milliers de papillons évoluaient sur les près, le 11 août 2011 ces derniers étaient rarissimes.

Ophrys elatior a été photographié à NEUENBURG am RHEIN (en face de Chalampé) toujours dans le Bade-Württemberg le 01 juillet 2011 par Johan DIERCKX.

 

Observations faites en Suisse.

Ophrys elatior est présent en Suisse dans les environs de Genève où il a été observé et photographié le 13 juillet 1991 dans une station à DARDAGNY située dans le Sud-Ouest du pays (voir photographies dans le livre "Die Orchideen der Schweiz und angrenzender Gebiete", page 261). Ophrys elatior est également présent à RUSSIN (au Sud de Dardagny) où il a été photographié par Jean-Pierre IMHOF le 09 juillet 2010, ce dernier l'ayant aussi observé et photographié à Dardagny le 06 août 2007. Ophrys elatior a également été photographié par Roland WÜEST de l'AGEO/Aargau dans le vallon de l'ALLONDON près de Dardagny le 12 juillet 1998. La rivière "Allondon" qui y serpente est un affluent du Rhône dans lequel elle se jette sur sa rive droite quelques km après Russin.

 

Données personnelles

1 - La Petite Camargue Alsacienne

 Ophrys elatior est présent dans la réserve naturelle de "La Petite Camargue Alsacienne" située dans le Haut-Rhin à l'extrême Sud-Est de l'Alsace entre ROSENAU et VILLAGE NEUF, à environ 5 km de BALE. C'est une région presque plate dont le sol est formé d'alluvions rhénans (galets d'origine variée noyés dans des sables gris calcaires). La végétation présente dans la zone à Ophrys elatior est composée d'arbres et arbustes dont: Quercus robur (Chêne pédonculé / Stiel-Eiche), Populus nigra (Peuplier noir / Schwarz-Pappel),  Robinia pseudacacia (Robinier, faux acacia /Akazie), Hippophae rhamnoides (Argousier faux nerprun / Rheindorn / Sanddorn), Berberis vulgaris (Epine vinette / Hasebrot), Clematis vitalba (Clématite vigne-blanche / Waldrebe), Cornus sanguinea (Cornouiller sanguin / Rotbeinholz),  Rosa canina (Eglantier commun / Heckenrose), Prunus insititia (Prunier épineux / Pflaumenbaum), Ligustrum vulgare (Troène vulgaire / Liguster) et de la strate herbacée suivante:  Carlina vulgaris (Chardon doré / Golddistel), Hypericum perforatum (Herbe de Saint-Jean / Gemeines Johanniskraut), Origanum vulgare (Marjolaine bâtarde / Dost), Eryngium campestre (Panicaut / Feld-Mannstreu), Solidago virga aurea (Verge d'or / Echte Goldrute)...On y trouve aussi d'autres orchidées dont Anacamptis pyramidalis, Anacamptis morio subspecies morio, Dactylorhiza incarnata, Dactylorhiza majalis, Epipactis palustris, Epipactis helleborine, Gymnadenia conopsea, Liparis loeselii (plante extrêmement rare en Alsace présente au Barackensumpf dont la station est difficilement accessible), Neotinea ustulata subspecies ustulata, Neottia ovata, Ophrys apifera (très rare), Ophrys fuciflora, Ophrys sphegodes, Orchis militaris, Platanthera bifolia, Spiranthes spiralis...Le 07 juillet 2002 j'ai pu observer plusieurs dizaines de spécimens d'Ophrys elatior dans un pré sec du site de La Petite Camargue Alsacienne.  Les plantes à labelle fucifloroïde et à labelle scolopaxoïde (plus rare) s'y côtoyaient en mélange. Par rapport à la taille normale d'un Ophrys fuciflora les orchidées présentes étaient bien plus hautes que ces derniers.   

 

2 - Le Taubergiessen au lieu-dit "Im G'schleder"

Espace rhénan maintes fois remodelé pendant les périodes de hautes eaux et inondations extraordinaires du Rhin, la future réserve naturelle du Taubergiessen pris forme lors de la crue historique de l'an 1541. En cette année le fleuve sorti de son lit principal et se déporta vers l'Est en direction du village de Kappel en Allemagne. Du coup, le territoire situé sur la rive droite du fleuve a été amputé d'environ 997 hectares de près, forêts, îlots et cours d'eau qui sont venus agrandir le territoire du village de Rhinau. En 1542, un traité signé par l'Evêque Erasme entérine ce fait qui fut confirmé en 1648 par le traité de Westphalie. Entre temps le Rhin était revenu dans son lit d'origine. Depuis 1592 ce territoire est "propriété" de la commune de Rhinau. Toute fois, contrairement à tout ce qui fut écrit, ces terrains font partie intégrante du Territoire National de l'Allemagne.  Les lois de ce pays s'y appliquent donc! La réserve naturelle du Taubergiessen n'est pas une enclave française située sur la rive droite du Rhin, elle est établie en partie sur des propriétés privées appartenant à la commune de Rhinau, ces terrains étant situés à l'étranger. Aujourd'hui la réserve naturelle du Taubergiessen a une superficie d'environ 1600 hectares d'un seul tenant dont 11,61 ha de prairies sèches à Mesobrometum rhenanum (décrit par ISSLER) évoluant sur sol graveleux. Sur ces prairies poussent plus de 22 espèces d'orchidées dont Anacamptis pyramidalis, Dactylorhiza incarnata, Epipactis palustris, Ophrys apifera et ses variétés bicolore et aurita, Ophrys elatior, Ophrys fuciflora, Ophrys insectifera (Fliegenorchis), Ophrys sphegodes (Spinnenorchis), Orchis militaris (Helmknabenkraut), Platanthera bifolia...

Avant "l'immersion" dans l'immensité de la Réserve Naturelle, visite du site classique qui s'étale le long de la digue sur le côté droit de la route L103 en venant de Rhinau et après avoir franchi le Rhin canalisé à l'aide du bac. Observation le 22 mai 2011 de nombreuses orchidées dont Anacamptis pyramidalis, Himantoglossum hircinum, Neotinea ustulata subspecies ustulata, Ophrys apifera, Ophrys apifera variété aurita, Ophrys fuciflora, Ophrys fuciflora flavescens, Ophrys sphegodes, les hybrides entre Ophrys fuciflora et Ophrys sphegodes, Listera ovata... 

Début des prospections pour le repérage d'une éventuelle station à Ophrys elatior le 04 juin 2011 sur la rive droite du Rhin dans le Natur-SchutzGebiet du Taubergiessen. Selon de vagues informations la plante est présente dans les prairies de la Réserve au Sud de la route L103 Rhinau / Kappel-Grafenhausen.  A ce jour environ 50% des prairies situées au lieu-dit "Im G'schleder" sont fauchées, la fenaison est terminée sur certaines d'entre-elles. Le long des chemins traversant les près on rencontre Platanthera bifolia en pleine floraison, ces dernières évoluant souvent à l'ombre des bosquets et des franges arborées longeant les dépressions du terrain (Repérage au G.P.S.: 48°17.416'Nord / 007°42.490'Est / altitude environ 160,5 mètres). Anacamptis pyramidalis est également présent, éparpillé dans l'immensité des près du site. Il est en pleine floraison et se dissimule dans l'herbe haute de plus de 70 cm (Repérage au G.P.S.: 48°17.414'Nord / 007° 42.467'Est / altitude environ 160 mètres). Ophrys apifera et sa variété aurita sont présent mais très rare dans les prairies situées vers la digue (Repérage au G.P.S.: 48°17.445'Nord / 007° 42.387'Est / altitude environ 160 mètres). Le 09 juin 2011, retour dans le Taubergiessen et prospection le long d'autres prairies situées plus au Sud et Sud-Est du lieu-dit "Im G'schleder". Les foins des près fauchés dans le site sont rentrés. Les exploitants agricoles ne vont pas tarder à réaliser la fauche des près restant. Effectivement, ces derniers ont l'obligation lors des années impaires de faucher l'herbe des prairies à partir de début juin tandis que les années paires ils devront pratiquer une fauche tardive débutant fin août afin de préserver les espèces botaniques intéressantes telles les orchidées indigènes dont la floraison et la maturation des semences a lieu en juillet / août.  Samedi 25 juin 2011: première observation d'Ophrys elatior qui est en tout début de floraison au lieu-dit "Im G'schleder" dans le Taubergiessen en Allemagne (Station n° 1/2011: repérage au G.P.S.: 48°17.431'Nord / 007°42.705'Est / altitude environ 159 mètres) - six orchidées sont présentes éparpillées sur 50 m² à gauche d'une légère dépression en forme de fossé traversant une immense prairie qui a été fauchée il y a 22 jours environs. Les plantes sont toutes fraîches, encore très petites et accompagnent Bromus (Brome - Trespe), Dianthus carthusianorum (Oeillet des Chartreux), Leontodon hispidus (Liondent hispide), Leucanthemum vulgare (Grande marguerite - Margretenblum), Plantago lanceolata (Plantain lancéolé), Plantago media (Plantain bâtard), Rhinantus hirsutus (Crête de coq - Klappertopf), Salvia pratensis (Sauge des près - Wiesensalbei), Silene flos cuculi (Fleur de coucou - Lichtnelke), Silene vulgaris (Silène enflé), Tragopogon pratensis (Salsifis - Wiesenbocksbart), Trifolium pratense (Trèfle des près), Trifolium hybridum (Trèfle hybride)... La plus grande des orchidées a trois fleurons ouverts et mesure 19,7 cm de hauteur; l'écart entre deux bractées situées à la base des ovaires insérés sur l'axe de la tige florale est de 50 mm. Les deux plus petites orchidées n'ont qu'un fleuron épanoui et mesurent 11 cm de hauteur. Les trois orchidées restantes présentes toutes deux fleurons ouverts et mesurent entre 12 et 13,5 cm de hauteur. Toutes les orchidées ont en plus entre deux et cinq boutons au sommet de la hampe florale qui devraient fleurir prochainement grâce aux pluies annoncées par les météorologues. Les feuilles basilaires ont commencées à se dessécher et deviennent noire; l'une des feuilles est engainante. Les fleurs des Ophrys sont très petites (dimensions moyennes des labelles: largeur 9 à 12 mm / longueur 6 à 8 mm). Tous les labelles sont entiers et étalés, leur gibbosités sont très discrètes, les macules sont simples, petites et occupent la base du labelle. Le tracé de la macule est de couleur jaune, les taches sont de couleur mauve/beige et luisantes. Quelques bords de labelle sont matérialisés par une bordure fine de couleur brun foncé, leurs sommets sont de couleur brun rouge.  L'appendice est petit et pointu, il mesure 2,5 mm de long et 2,5 mm de large, il est dirigé vers l'avant et est de couleur vert/jaune. Les autres observations sont identiques à celles contenues dans le paragraphe "Description". Mardi 28 juin 2011, ...

 

 

 

                                      à suivre...

 

 

 

Fin juin un temps estival et sec ralentit la pousse des nombreuses plantes à fleurs sur les près aux environs de Kappel. La température en milieu de journée atteint 33 à 36°C. Puis vint la pluie en alternance avec les beaux jours durant tout le mois de juillet ce qui a permit à Ophrys elatior et aux autres plantes de se développer normalement. A chaque sortie sur le terrain je découvre de nouvelles orchidées aux endroits prospectés s'ajoutant aux plantes anciennes présentent sur le site. Toute fois les Ophrys elatior n'atteingnent dans les près qu'une taille modeste (entre 16 et 23 cm) sauf un spécimen qui lui est monté à 46 cm de hauteur. Début août  je n'ai toujours pas rencontré d'orchidophiles dans le lieu-dit "Im G'schleder". Début du mois d'août je me suis fait accompagner sur le terrain par deux orchidophiles avérés à savoir Jean-Marc HAAS et Christian DIRWIMMER de l'Association Régionale des Orchidophiles de Strasbourg afin de confirmer la présence sur le site d'une centaine d'Ophrys elatior disséminés sur les prairies ouvertes du lieu-dit "Im G'schleder" dans le Taubergiessen en Allemagne.

 

Cartes diverses consultées

1 - Carte IGN feuille STRASBOURG n° 3816 Ouest - Série bleue au 1:25000ème soit 1 cm = 250 mètres - 3ème édition - année 1990.

2 - Carte topographique feuille STRASBOURG n° 3816 de l'IGN au 1:50000ème soit 2 cm représentent1 km - feuille n° XXXVIII-16 - édition n° 7 - année 1982.

3 - Carte IGN compatible GPS feuille BENFELD n° 3817 Ouest - Série bleue au 1:25000ème soit 1 cm = 250 mètres - édition n°4 - année 1996.

4 - Carte IGN compatible GPS feuille MARCKOLSHEIM n° 3818 Ouest - Série bleue au 1:25000ème soit 1 cm = 250 mètres - édition n°4 - année 1990.

5 - Carte IGN feuille NEUF-BRISACH n° 3719 Est - Série bleue au 1:25000ème soit 1 cm = 250 mètres - édition n°4 du 01.04.1997.

6 - Carte MICHELIN - STRASBOURG-MULHOUSE n°48 de la série "France en 48 feuilles" sur toile du 01.08.1920 - échelle 1:200000ème.

 

Bibliographie référentielle

1 - BUTTLER Karl Peter - Orchideen: die wildwachsenden Arten und Unterarten Europas, Vorderasiens und Nordafrikas - 1986 Mosaik Verlag - Steinbachs Naturführer - ISBN: 3-570-04403-3.

2 - BUTTLER Karl Peter - Orchideen: die wildwachsenden Arten und Unterarten Europas, Vorderasiens und Nordafrikas - 1996 Mosaik Verlag - Steinbachs Naturführer - ISBN: 3-576-10559-X.

3 - DELFORGE Pierre - Guide des orchidées d'Europe, d'Afrique du Nord et du Proche Orient - Delachaux & Niestlé - 1994 - ISBN: 2-603-00929-X.

4 - DELFORGE Pierre - Guide des orchidées d'Europe, d'Afrique du Nord et du Proche-Orient - 3ème édition - Delachaux & Niestlé - mars 2005 - ISBN: 2-603-01323-8.

5 - DELFORGE Pierre - Guide des orchidées de France, de Suisse et du Benelux - Delachaux & Niestlé - mars 2007.

6 - DEMANGE Michel - L'Orchidophile n° 188 - mars 2011 / Vol. 42(1) - Contribution à la connaissance du complexe d'Ophrys fuciflora (F. W. Schmidt) Moench en France et en Italie (1ère partie): pages 5 à 17.

7 - DIEMER Edmond - L'Orchidophile n° 100 / février 1992 - Voyage d'étude de la S.F.O. en Haute-Savoie du 17 au 23 juillet 1990: pages 21 à 27. 

8 - DUSAK François et PRAT Daniel - Atlas des orchidées de France - Biotope Editions - novembre 2010 - ISBN BIOTOPE: 978-2-914817-62-2 / ISBN  MNHN (Muséum National d'Histoire Naturelle): 978-2-85653-658-2.

9 - ENGEL Roger et collaborateurs - Bulletin de l'Association Philomathique d'Alsace et de Lorraine Tome 30 année 1994 - Contributions à la connaissance de la Flore d'Alsace: plaine rhénane, Vosges, Sundgau (4ème série): pages 27 à 45.

10 - ENGEL Roger, MATHE Henri, SEVELEDER Olivier - L'Orchidophile n° 123 / septembre-octobre 1996 - Validation d'Ophrys fuciflora subspecies elatior: pages 163 à 171.

 11 - ENGEL Roger et MATHE Henri - L'Orchidophile n° 136 / avril 1999 - Présence en Alsace d'Orchis ustulata L. subspecies aestivalis (KÜMPEL) KÜMPEL & MRKVICKA: pages 60 à 68.

12 - ENGEL Roger et MATHE Henri - Orchidées sauvages d'Alsace et des Vosges - Editions du Griffon - 2002.

13 - FREY Michel - Ophrys fuciflora (F.W.Schmidt) MOENCH subspecies elatior GUMPRECHT ssp. nova: pages 77 et 78 - dans le compte-rendu du 5ème Colloque de la S.F.O. à Paris en 1981.

14 - GERBAUD O. et M. - L'Orchidophile n° 115 / février 1995 - Les orchidées du Nord-Grésivaudan en Isère. Tableau annoté et observations particulières: pages 35 à 41.

15 - GUMPRECHT Reinhart - Die Orchidee / Sonderheft November 1980 / Probleme der Evolution bei europäischen und mediterranen Orchideen - article / Pflegemassnahmen zur Förderung von Erdorchideen am natürlichen Standort: pages 164 à 167.

16 - JACQUET Pierre - L'Orchidophile n° 125 / février 1997 - Une répartition des orchidées sauvages de France (3ème édition) - mise à jour février 1997.

17 - KAPP Edouard - Espèces et Stations Nouvelles de la Flore de l'Alsace et des Vosges: pages 179 à 214 dans le Bulletin de l'Association Philomatique d'Alsace et de Lorraine / Centenaire 1862 / 1962: tome XI n° 3-4 d'octobre 1962.

18 - LANDWEHR J. - Les orchidées sauvages de France et d'Europe: tome II - mai 1983.

19 - MAIRE Gérard et SANCHEZ-PEREZ José-Miguel - Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse n° 824 (n°1 - année 1992) - Influence des aménagements hydrauliques du Rhin sur le fonctionnement hydrologique des forêts riveraines d'Alsace: l'exemple du secteur de l'île de Rhinau: pages 9 à 19.

20 - MATHE Jean-Michel et MELKI Frédéric - L'Orchidophile n° 112 / juillet-août 1994 - Ophrys aestivalis une nouvelle espèce à floraison tardive dans le Centre-Ouest de la France: pages 120 à 126.

21 - QUENTIN Pierre - Synopsis des orchidées européennes (Cahiers de la Société Française d'Orchidophilie n°2 - jancier 1995) - ISBN: 2-905734-05-1.

22 - REINHARD H.R. / GÖLZ Peter / PETER Ruedi / WILDERMUT Hans Ruedi - Die Orchideen der Schweiz und angrenzender Gebiete - 1991 - ISBN: 3-905647-01-0.

23 - SCAPPATICCI Gil - L'Orchidophile n° 175 / décembre 2007 - L'Ophrys tardif du Roubion, un taxon original, en plaine de Montélimar (Drôme): pages 263 à 276.

24 - SCAPPATICCI Gil et GEVAUDAN Alain - L'Orchidophile n° 108 / octobre 1993 - Un Ophrys tardif dans le département du Rhône: pages 158 à 162.

25 - SCAPPATICCI Gil et MICHELOT Jean-Louis - L'Orchidophile n° 132 / juillet-août 1998 - L'île de Miribel-Jonage, un patrimoine naturel et des orchidées à préserver: pages 105 à 112.

26 - SOCIETE FRANCAISE D'ORCHIDOPHILIE - Les Orchidées de France, Belgique et Luxembourg - 2002 - Collection Parthénope - ISBN: 2-9510379-1-0.

27 - SOUCHE Rémy - Les Orchidées sauvages de France grandeur nature - Les Créations du Pélican, 2004 - ISBN: 2-7191-0642-9.

28 - SUNDERMANN Hans - Europäische und mediterrane Orchideen. Eine Bestimmungsflora mit Berücksichtigung der ökologie - Dritte Erweiterte und verbesserte Auflage - 1980 - Brücke-Verlag Kurt Schmersow, Hildesheim - ISBN: 3-87-105-011-3.

29 - THERON BUSCAIL Sébastien - L'Orchidophile n° 129 / décembre 1997 - Voyage dans le Nord des Alpes d'un jeune orchidophile: pages 236 et 237.

30 - TURLOT Jean-Philippe - Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse n° 757 (n° 4 - année 1974) - Les Orchidées de la Petite Camargue Alsacienne: pages 119 à 121.

 

Autres références bibliographiques

1- CARBIENER Didier - Chroniques Naturelles des Forêts de Strasbourg - Conservatoire des Sites Alsaciens - année 2000 - 256 pages - ISBN: 2-9510712-1-3.

2 - ENGEL Roger - Bulletin de l'Association Philomatique d'Alsace et de Lorraine Tome 21 - année 1985 - La pollinisation d'Ophrys fuciflora (F. W. SCHMITT) MOENCH par un diptère: pages 269 à 283.

3 - ENGEL Roger - Saisons d'Alsace n° 61/62 année 1977 - L'Alsace et sa végétation - Flore des rieds: pages 81 à 93.

4 - ENGEL Roger - Bulletin de l'Association Philomathique d'Alsace et de Lorraine Tome 20 années 1983/1984 - Evolution et protection des populations d'orchidées d'Alsace: pages 165 à 176.

5 - GALLUSER Werner A. et SCHENKER André - Die Auen am Oberrhein / Les zones alluviales du Rhin supérieur - 1992 - 192 pages - Birkhäuser Verlag Basel - Sandoz AG Basel - ISBN: 3-7643-2805-3.

6 - GEROUDET Paul - Le Vallon de l'Allondon: Nature et protection - 1978 - Association Genevoise pour la Protection de la Nature.

7 - ISSLER Emile / LOISON Eugène / WALTER Emile - Flore d'Alsace - rédigée et éditée par la Société d'Etude de la Flore d'Alsace - 15.11.1965 - Imprimerie de Woerth dans le Bas-Rhin.

 8 - KEIL Dietmar - Erlebte Wildnis TAUBERGIESSEN - 1992 - 135 pages - Schillinger Verlag GmbH Freiburg - ISBN: 3-89155-125-8.

9 - LAUBER Konrad/WAGNER Gerhart - Flora Helvetica: flore illustrée de Suisse - 2000 - Belin - ISBN: 2-7011-2762-9.

10 - LUTTEN L.P. - La Petite Camargue Alsacienne - 1984 - Editions L'ALSACE à Mulhouse.

11 - OCHSENBEIN Gonthier - Bulletin de l'Association Philomatique d'Alsace et de Lorraine Tome 21 année 1985 - Correction du Rhin, changement écologique et souveraineté territoriale Alsace/Bade, cas de Rhinau-Taubergiessen: pages 239 à 254.

12 - VOGT Nathalie et Michel - La Forêt du Rhin Secrète et Légendaire - 1995 - GYSS Imprimeur Obernai - ISBN: 2-9509600-0-6.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



27/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion